Mesure et évaluation de la résilience socio-économique

Mesure et évaluation de la résilience socio-économique

Chapter And Authors Information

Mohammed Meri

University of Strasbourg – Laboratoire Sage, France
Download Chapter
La-Resilience-Socio-Economique-et-LAdaptation-Entre-Covid-19-Risques-de-Guerre.pdf 154 Downloads
Content

Ce chapitre présente la Mesure et évaluation de la résilience socio-économique, l’impact du stress et des traumatismes sur la fonction cérébrale, comment mesurer la résilience, mesurer les risques ou l’adversité, mesurer les facteurs de protection, le quiz de la résilience, la voie de la résilience vers une estime de soi authentique et le succès dans la vie.

Pour élargir et authentifier le concept de résilience, des études empiriques récentes ont utilisé une gamme de mesures différentes des facteurs de risque et de protection, ainsi que des résultats qui indiquent un fonctionnement résilient. Ce sont ces différences de mesure qui ont créé une certaine ambiguïté concernant la résilience et ses différentes significations. Rutter (1999) a noté qu’il existe une gamme complexe et très individuelle de caractéristiques individuelles, ainsi que des facteurs externes familiaux et environnementaux qui influencent les cycles d’expériences négatives ainsi que les réactions en chaîne positives. C’est la diversité et la complexité des expériences d’un individu qui peuvent rendre la construction de la résilience quelque peu floue.

L’impact du stress et des traumatismes sur la fonction cérébrale

L’impact du stress et des traumatismes sur le cerveau humain est très marquant et expliqué dans la recherche dans le domaine de la psycho-immunologie. Le cœur de la réponse au stress implique l’activation du système nerveux sympathique et de l’axe hypothalamo–hypophyso-surrénalien (axe HPA), et la sécrétion de diverses hormones qui permettent à l’individu de répondre au facteur de stress avec la réponse de combat, de fuite ou de gel.

Sapolsky (2004) a montré qu’un stress sévère ou prolongé entraînait une libération constante de glucocorticoïdes, et une exposition prolongée du cerveau aux glucocorticoïdes peut entraîner une neurotoxicité et des dommages à la structure et à la fonction cérébrales. Source. Sapolsky RM. (2004).

Divers facteurs, tels que la constitution génétique, l’état physique, l’expérience antérieure et les antécédents développementaux, exercent tous une influence sur le résultat final et la réponse individuelle. Source. Rutter . Michael, Thomas G O’Connor (2004).

Selon Sapolksy (2004) le fonctionnement résilient peut être entravé en raison de stress sévères ou persistants par l’effet de ceux-ci sur le fonctionnement du cerveau, y compris un fonctionnement cognitif altéré et une diminution des processus attentionnels, une dépression à long terme, une réduction transitoire de l’excitabilité et de la plasticité des neurones, une atrophie neuronale induite par le stress et une altération de l’hippocampe neurogenèse, hypersensibilisation des réponses de peur conditionnées. Source. (Sapolksy (2004).

D’après Beer et al. (2004) la fonction frontocorticale est importante pour la fonction exécutive, y compris l’autorégulation et le contrôle adaptatif du comportement nécessitant l’intégration de nombreux processus émotionnels et cognitifs. Source. M. E. Beer. A. R. King, J. E. Pringle (2004).

L’impact du traumatisme sur les processus neuronaux a été bien établi et peut entraîner une altération du fonctionnement scolaire, social et professionnel, et une incidence accrue des maladies physiques et psychopathologiques. Cela peut à son tour entraîner des troubles de l’humeur et de l’anxiété et des syndromes de stress post-traumatique. Source. H Teicher. Martin et all (2002). Source. Ali Maginness (2007).

Mesurer la résilience

Il y a une phrase résume la gestion, attribuée à Peter Druker:” si vous ne pouvez pas le mesurer, vous ne pouvez pas le gérer.” Sur les mesures à prendre par les gestionnaires pour améliorer leur compréhension du risque, ou les procédures pour assurer la continuité, il est nécessaire de mesurer les niveaux actuels de résilience et d’établir des mesures mesurables, les objectifs et les cibles pour une meilleure résilience.

IBM (2009) a proposé un cadre de résilience d’entreprise qui vise à évaluer la résilience d’une organisation complète. Le modèle IBM comprend (140 composants), appelés objets, qui, ensemble, peuvent être utilisés pour modéliser une organisation et son infrastructure informatique. Les objets sont regroupés sur six niveaux, appelés couches, et chaque objet reçoit des attributs qui peuvent être évalués en termes de risques et d’opportunités.

Le Framework IBM est un modèle hautement structuré qui s’appuie sur l’expérience des modèles de maturité antérieurs, en particulier le modèle de maturité des capacités développé par l’Université Carnegie Mellon à la fin des années 1980. Le Framework IBM est un outil complet et adaptable pour mesurer la résilience organisationnelle, mais -ses 140 objets) nécessitent de grandes quantités de données pour être collectées, rassemblées et enregistrées. Collecter autant de données serait coûteux et donc probablement peu attrayant pour de nombreuses petites et moyennes entreprises.

Un cadre plus simple, comme le tableau de bord équilibré, peut-être plus attrayant. La carte de pointage originale équilibrée a été développée dans les années 1990 par Robert Kaplan, professeur de comptabilité à l’Université Harvard et David Norton, consultant de Boston. (Norton et Kaplan, 1996) Le but de la carte de pointage originale était de traduire la vision et la stratégie d’une organisation en seulement quatre groupes d’objectifs, de mesures et de cibles, appelés perspectives. La plupart des tableaux de bord n’utilisent que quatre ou cinq mesures pour chaque perspective, ne nécessitant pas plus de 20 indicateurs au total. Les tableaux de bord équilibrés continuent d’évoluer et de s’adapter pour refléter les besoins particuliers des communautés d’intérêts, telles que les ministères, les organisations non gouvernementales, les hôpitaux, les écoles et les associations.

En eux-mêmes, des outils tels que le tableau de bord équilibré et le cadre de résilience commerciale d’IBM ne rendront pas les organisations plus résilientes, mais ils devraient fournir aux dirigeants une meilleure compréhension des problèmes clés nécessitant davantage d’efforts de gestion et / ou d’investissements, y compris les partenaires de la chaîne d’approvisionnement de l’organisation. Source. McAslan. Alastair (2010).

La mesure de la résilience a manqué d’instruments empiriques en raison de la diversité des définitions ainsi que de la tendance à utiliser des études qualitatives pour ce phénomène complexe. Cependant, à mesure que la recherche se développe, il y a des thèmes plus cohérents dans l’identification des facteurs intra-individuels qui sont fortement corrélés aux résultats résilients dans tous les domaines. Les premiers travaux ont mesuré l’absence de symptômes attendus dans diverses populations. Cependant, seule l’absence de symptômes attendus ne mesurait pas l’essence de la résilience. Ainsi, en plus de l’absence de symptômes, des attributs spécifiques de résilience ont été mesurés.

Par conséquent, des instruments d’auto-évaluation pour quantifier les facteurs de résilience chez l’individu ont été développés. L’échelle de résilience de l’ego (ER89) a été développée par Jack Block49 pour identifier les qualités pures de résilience de l’ego de la personnalité. Il a été développé avec des échantillons communautaires d’adultes et utilisé récemment pour évaluer la résilience des individus résidant dans les zones de guerre. Plusieurs autres échelles ont été développées en utilisant la littérature de recherche comme cadre avec un échantillon communautaire.

Biscoe et Harris (données non publiées, 1994) ont développé des échelles de résilience pour les enfants, les adolescents et les adultes, avec des échantillons provenant de résidents d’un centre de traitement de la toxicomanie et du personnel clinique. Ces échelles sont basées sur le cadre de Wolin et Wolin.31 Aucune de ces échelles n’a été largement utilisée et manque de généralisable en raison du développement avec des populations spécifiques.

Bien que les relations spécifiques entre les facteurs intra-individuels et environnementaux ne soient que partiellement comprises, la nécessité de maximiser la résilience dans un effort pour réduire les taux croissants de maladie mentale a conduit au développement de programmes de formation en résilience. Certains programmes se sont concentrés sur la maximisation d’un facteur spécifique comme le soutien social, tandis que d’autres ont adopté une approche psychothérapeutique plus traditionnelle.

Richardson, a développé un format de séminaire pour former des adultes en entreprise ainsi que des étudiants du secondaire. Bien que ces programmes démontrent une amélioration initiale à la suite de l’intervention, il n’y a pas d’études longitudinales à ce jour qui testent la promotion de la résilience ainsi que la réduction des risques dans des contextes réels. Source.  Tusaie. Kathleen (2004).

Mesurer les risques ou l’adversité

L’exposition des niveaux élevés d’adversité ont conduit à un manque de clarté autour de la résilience. Plusieurs questions se posent pour arriver à des réponses satisfaisantes de clarté telles que:

Qu’est-ce qui définit « l’adversité »?

Qu’est-ce que le « risque »?

À combien s’élèvent les « niveaux élevés »?

Certaines études ont envisagé l’exposition à un seul événement indésirable ou à un type de risque, d’autres ont suggéré que l’exposition à l’adversité est rarement un événement ponctuel et ont donc inclus des mesures de l’adversité cumulative.

Hjemdal, Fribourg, Stiles, Rosenvinge et Martinussen (2006) dans leurs études sur la résilience ont utilisé une large échelle de stress dans la vie de 18 éléments qui mesurait l’exposition à un large éventail d’événements de vie stressante tels que:(le divorce, la maladie grave dans la famille et exposition à la violence). Source. Hjemdal, Fribourg, Stiles, Rosenvinge et Martinussen (2006).

En revanche, Dean et Stain (2007, 2010) n’ont inclus que des éléments liés à l’impact de la sécheresse à long terme sur les participants vivant dans les régions rurales et éloignées.Source. John G. Dean Helen J. Stain (2010).

La recherche de Luthar, 2006; Vanderbilt-Adriance et Shaw (2008) suggère que le nombre de risques et la chronicité de l’exposition au risque qui sont plus importants que n’importe quel facteur de risque, les enfants présentant les niveaux de risque les plus élevés (Statut socio-économique faible, risques multiples, enfant maltraitance) moins susceptibles de produire des résultats positifs que ceux qui présentent des niveaux de risque plus faibles. Source. E. Vanderbilt-Adriance, D.S. Shaw (2088).

Mesurer les facteurs de protection

Les facteurs de protection, en tant qu’élément de résilience, ont également été une source de variabilité dans la définition et la mesure.

Selon Kim-Cohen (2007) les facteurs de protection sont considérés comme ceux qui peuvent réduire ou atténuer l’impact négatif des facteurs de risque. Source. Kim-Cohen. J. (2007).

Masten et ses collègues (1999) ont inclus le fonctionnement intellectuel et la qualité parentale comme des ressources potentielles ou des facteurs de protection, tandis que Tzavidis. Flouri, Kallis (2009) ont inclus les étapes du développement, le tempérament, la parentalité et les capacités non verbale. Source. Flouri. Eirini, Nikos Tzavidis, Constantinos Kallis (2010).

Les facteurs de protection agissent au niveau de l’individu, de la famille et de la communauté et peuvent varier en fonction de l’âge ou du stade de développement de l’enfant, ainsi que du type d’adversité à affronter. Alors que certains semblent être protecteurs pour un large éventail de risques (la qualité de la parentalité), d’autres peuvent être protecteurs uniquement dans le contexte de certains facteurs de risque. Source. (Vanderbilt-Adriance et Shaw, 2008).

Le fonctionnement adaptatif, la compétence ou les résultats positifs – qui sont considérés comme des indicateurs clés de la résilience – sont compris et mesurés de différentes manières.

Les mesures du fonctionnement compétent devraient être étroitement liées aux facteurs de risque considérés. Par exemple, chez les enfants de parents déprimés, l’absence de dépression peut être considérée comme un fonctionnement compétent, plutôt qu’un rendement scolaire élevé qui peut ne pas être pertinent pour les risques étudiés. Source. Luthar. S. S. (2006).

Si les praticiens peuvent donner un sens aux composantes de la résilience, alors ils peuvent travailler pour l’améliorer en réduisant l’exposition au risque et en augmentant l’exposition aux facteurs de protection. Source. Australian Institute of Family (2012).

Les qualités de mesure de la résilience sont affectées par les opportunités et les niveaux de l’engagement comme illustrer dans la figure suivante.

 

Le quiz de la résilience

Nan Henderson a proposé et développé un quiz pour quiconque (adolescents, adultes, aînés) pour évaluer et renforcer les conditions de renforcement de la résilience dans leur vie.

Il peut être utilisé comme un outil pour aider les autres à se soucier de renforcer leur résilience.

  1. Partie:

Avez-vous les conditions dans votre vie qui, selon les recherches, aident les gens à être résilients ?

Les gens se remettent de la tragédie, des traumatismes, des risques et du stress en ayant les conditions « protectrices » suivantes dans leur vie.

Plus vous répondez oui (ci-dessous), plus vous avez de chances de vous remettre des problèmes de votre vie “avec plus de puissance et plus d’intelligence”. Et faire cela est un moyen sûr d’augmenter l’estime de soi.

Répondez (oui ou non) à ce qui suit. Célébrez vos réponses « oui » et décidez comment vous pouvez changer vos réponses « non» en «oui». (Vous pouvez également répondre « parfois » si cela est plus précis que simplement «oui» ou «non».).

Tableau 21. Montre les réponses aux conditions dans la vie vs de la résilience

Les conditions dans votre vie Réponses
1 Attention et soutien Oui Non Parfois
– J’ai plusieurs personnes dans ma vie qui me donnent un amour inconditionnel, sans jugementécoute, et qui je sais sont «là pour moi».
-Je suis impliqué dans une école, un travail, une religion ou un autre groupe où je me sens pris en charge et valorisé.
– Je me traite avec gentillesse et compassion et je prends le temps de me nourrir

 

(y compris bien manger et dormir suffisamment et faire de l’exercice).

2. Attentes élevées de succès
– J’ai plusieurs personnes dans ma vie qui me font savoir qu’elles croient en ma capacité à réussir.
– Je reçois le message « Vous pouvez réussir » à mon travail ou à mon école.
– Je crois en moi la plupart du temps et je me donne généralement des messages sur ma capacité à atteindre mes objectifs, même lorsque je rencontre des difficultés.
3. Possibilités de participation significative
-Ma voix (opinion) et mon choix (ce que je veux) sont entendus et valorisés dans mon Relations personnelles étroites.
– Mes opinions et mes idées sont écoutées et respectées dans mon travail ou à mon école.
-Je me porte volontaire pour aider les autres ou une cause dans ma communauté, mon organisation confessionnelle ou mon école.
4. Obligations positives
-Je suis impliqué dans un ou plusieurs passe-temps ou activités positifs après le travail ou après l’école.
-Je participe à un ou plusieurs groupes (comme un club, une communauté confessionnelle ou équipe sportive) en dehors du travail ou de l’école.
– Je me sens « proche » de la plupart des gens à mon travail ou à mon école.
5. Limites claires et cohérentes
-La plupart de mes relations avec mes amis et les membres de ma famille sont claires, limites saines (qui incluent le respect mutuel, l’autonomie personnelle, et chaque personne dans la relation à la fois donner et recevoir).
– J’ai des attentes et des règles claires et cohérentes à mon travail ou à mon école.
-Je mets et maintiens des limites saines pour moi-même en me défendant, ne pas laisser les autres profiter de moi et dire « non» quand j’en ai besoin.
6. Compétences de vie
– J’ai (et j’utilise) une bonne écoute, une communication honnête et de saines compétences en résolution de conflits.
– J’ai la formation et les compétences dont j’ai besoin pour bien faire mon travail, ou toutes les compétences que je besoin de bien réussir à l’école.
– Je sais comment fixer un objectif et prendre les mesures nécessaires pour l’atteindre.
  1. Partie:

Les gens réussissent également à surmonter les difficultés de la vie en s’appuyant sur des qualités internes qui, selon la recherche, sont particulièrement utiles lorsqu’elles sont confrontées à une crise, à un facteur de stress majeur ou à un traumatisme.

La liste suivante peut être considérée comme un menu de « générateur de résilience personnelle ». Personne n’a tout sur cette liste. Lorsque « les choses se compliquent », vous avez probablement trois ou quatre de ces qualités que vous utilisez le plus naturellement et le plus souvent.

Il est utile de savoir quels sont vos principaux Créateur / constructeurs de résilience; comment les avez-vous utilisés dans le passé; et comment pouvez-vous les utiliser pour surmonter les défis actuels de votre vie.

Vous pouvez également décider d’en ajouter un ou deux à votre menu « Créateur / constructeurs de résilience », si vous pensez qu’ils vous seraient utiles.

Créateur / constructeurs de résilience personnelle (Qualités individuelles qui facilitent la résilience)

Mettez un + par les trois ou quatre principaux constructeurs de résilience que vous utilisez le plus souvent.

Demandez-vous comment vous les avez utilisés dans le passé ou comment vous les utilisez actuellement.

Réfléchissez à la meilleure façon d’appliquer ces facteurs de résilience aux problèmes de la vie, aux crises ou aux facteurs de stress actuels.

(Facultatif) Vous pouvez ensuite mettre un par un ou deux générateurs de résilience que vous pensez devoir ajouter à votre répertoire personnel.

Tableau 22. Montre les principaux constructeurs de résilience

Constructeurs de résilience Description Utilisés dans le passé Utilisés actuellement.
Relations – Sociabilité Capacité à être un ami / capacité à nouer des relations positives

 

 

Service Donner de vous-même pour aider les autres; animaux; les organisations; et / ou causes sociales
Humour Avoir et utiliser un bon sens de l’humour
Direction intérieure Baser les choix / décisions sur l’évaluation interne (locus de contrôle interne)

 

 

Perspicacité Compréhension perspicace des personnes et des situations
Indépendance Éloignement « adaptatif » des personnes et des situations en mauvaise santé / autonomie

 

 

Vision positive de l’avenir personnel Optimisme; en espérant un avenir positif

 

 

Flexibilité Peut s’adapter au changement; peut se plier si nécessaire pour faire face

 

Positivement aux situations

Constructeurs de résilience Description Utilisés dans le passé Utilisés actuellement.
Amour de l’apprentissage Capacité et lien avec l’apprentissage
Auto-motivation Initiative interne et motivation positive de l’intérieur
Compétence Être « bon dans quelque chose» / ​​compétence personnelle
Valeur personnelle Sentiment d’estime de soi et confiance en soi
Spiritualité Foi personnelle en quelque chose de plus grand
Persévérance Continuer malgré la difficulté; n’abandonne pas
Créativité S’exprimer par un effort artistique ou par d’autres moyens de créativité

Source. Nan Henderson (2020) The Resiliency Quiz, 2020 Resiliency in Action adapté.

Vous pouvez mieux vous aider ou aider quelqu’un d’autre à être plus résilient en…

  1. Communiquer l’attitude de résilience: “Ce qui est bien avec vous est plus puissant que tout ce qui ne va pas avec vous.”
  2. Mettre l’accent sur les forces de la personne plus que sur les problèmes et les faiblesses et demander « Comment ces forces peuvent-elles être utilisées pour surmonter les problèmes ?» Une façon de le faire est de vous aider vous-même ou un autre à identifier et à utiliser au mieux les principaux constructeurs de résilience personnelle répertoriés dans la deuxième partie du quiz sur la résilience.
  3. Fournir pour vous-même ou pour un autre les conditions énumérées dans la première partie du quiz sur la résilience.
  4. Avoir de la patience… réussir à rebondir après un traumatisme ou une crise importante prend du temps. Source. Henderson. Nan (2020).

La voie de la résilience vers une estime de soi authentique et le succès dans la vie

Certains chercheurs, disent: le renforcement de l’estime de soi produit une « auto-évaluation positive contrefaite ». Source. Rosemond, J. (2002, January 7).

Cela peut être particulièrement vrai pour les jeunes, qui développent une opinion irréaliste sur leur « particularité », pour être désillusionnés « lorsque les déceptions inévitables de la vie se présentent». Source. Smith, L.L., & Elliott, C.H. (2001).

Dans cette désillusion, les enfants peuvent se tourner vers l’alcool, d’autres drogues, la violence ou tout autre comportement d’évasion malsain.

Donnez-vous (et attribuez aux autres) du crédit pour ce que vous et eux avez traversé et surmonté – et surtout pour tout ce qui a été utilisé pour le faire. Même si vous (ou quelqu’un que vous aimez) êtes actuellement confronté à un problème terrible, suspendez votre concentration et prenez le temps d’évaluer et d’apprécier en profondeur ce qui a déjà été accompli. Ensuite, demandez à vous-même ou à un autre: comment ces forces peuvent-elles être utilisées pour surmonter les défis de la vie actuelle?

Depuis 30 ans, l’organisation Gallup mène des recherches sur la meilleure façon de maximiser le potentiel d’une personne. Deux des résultats sont « les talents de chaque personne sont durables et uniques», et «la plus grande marge de croissance de chaque personne se situe dans les domaines de sa plus grande force.» L’une des conclusions de cette recherche est: «La vraie tragédie de la vie n’est pas que chacun de nous n’a pas assez de forces, c’est de ne pas utiliser celles que nous avons». Source. Buckingham. M. & Clifton. D.O. (2001).

Nous sommes rarement aussi constants et précis en nous accordant à nous-mêmes ou aux autres le crédit qui leur est dû. Cette approche ne signifie pas ignorer les vrais problèmes, mais cela signifie:

  1. Nous accordons du mérite à nous-mêmes et aux autres pour tout ce que nous avons surmonté, toutes les façons dont nous avons fait preuve de résilience. Et nommer ces réalisations et les forces que nous avons utilisées pour les garantir le plus précisément possible.
  2. Passer du temps à se concentrer sur « comment nous (ou d’autres) avons fait aussi bien que nous l’avons fait », en suspendant l’obsession commune de ce qui n’a pas encore été accompli.
  3. Identifier d’autres forces – les leçons importantes apprises, les vertus, les talents, les compétences et les capacités, comment nous aidons ou servons les autres, toutes les meilleures choses à propos d’être qui nous sommes.
  4. Maximiser ces forces comme meilleur chemin vers le succès et les utiliser pour résoudre les problèmes de la vie actuelle.

La dernière étape sur «la voie de la résilience vers une authentique estime de soi et la réussite dans la vie » consiste à trouver des moyens de vivre nos forces, de les utiliser au maximum.

Les personnes aux prises avec les problèmes graves mentionnés ci-dessus ont toujours eu des difficultés dans des thérapies et des programmes qui ignoraient leurs forces. Heureusement, « l’approche de la force » pour aider les gens à guérir est de plus en plus acceptée comme une approche plus puissante et plus efficace.

ithenticate
google
creative commons
crossref
doi
Proud Pen is a premier online publisher of academic books. We strongly believe that knowledge makes the strongest difference when it is shared, discussed, challenged, and built upon. That’s why we publish all our books open access.

NEWSLETTER

Newsletters

  • This field is for validation purposes and should be left unchanged.

CONTACT

This Site Uses Cookies

We use cookies and similar technologies (“cookies”) to understand how you use our site and to improve your experience. This includes Personalisation; ad selection, delivery, reporting; measurement; content selection, delivery, reporting; and information storage and access. To accept or manage the use of cookies click here. You may read more about these methods
we use by clicking Read More.