La résilience dans la pratique

La résilience dans la pratique

Chapter And Authors Information

Mohammed Meri

University of Strasbourg – Laboratoire Sage, France
Download Chapter
La-Resilience-Socio-Economique-et-LAdaptation-Entre-Covid-19-Risques-de-Guerre.pdf 131 Downloads
Content

Ce chapitre présente la résilience dans la pratique, la pratique de la résilience et le développement des compétences sociales, les bases des compétences pour la pratique de la résilience, la résilience focalise sur le développement humain, pratiquer la résilience dès l’enfance, la résilience des enfants vulnérables confrontés à l’adversité chronique, la résilience des enfants exposés à des événements traumatiques ponctuels, la résilience est toujours un sujet utile pour les praticiens, apprendre la résilience dans les stratégies en 8 Cs., la résilience de thérapie cognitivo-comportementale (TCC) basée sur les forces, l’individu résilient comme le meilleur possible, empêchement de la résilience, les Compétences efficaces d’enseignement de la résilience, le Renforcement de la résilience dans un contexte d’enseignement, les stratégies d’enseignement aidant à renforcer la résilience, 9 façons d’améliorer votre résilience au travail, comment développer la résilience au travail.

En ce qui concerne la théorie, il existe un croisement entre la résilience et d’autres théories telles que (l’attachement ou le traumatisme), ainsi qu’avec la pratique basée sur les forces.

L’approche fondée sur les forces est une pratique de travail social qui, comme son nom l’indique, met l’accent sur les forces (Compétences, ressources, caractéristiques personnelles, intérêts, motivations) de l’individu, de la famille ou de la communauté. Source. Baron. Samantha (2019).

La pratique basée sur les forces implique de passer de la focalisation plus traditionnelle sur les déficits et la pathologie à une focalisation sur les capacités, les ressources et l’action. La pratique fondée sur les forces repose sur le principe que le processus normal de développement humain est dirigé vers une croissance et un épanouissement sain, et que chacun a des atouts qui les aideront dans ce processus. Cela va dans le sens de la conclusion de la théorie de la résilience selon laquelle la plupart des gens réussiront bien malgré l’exposition à une grande adversité. Source. Masten (2001).

La relation entre la théorie de la résilience et les approches basées sur les forces est celle de la théorie et de la pratique. La résilience est une théorie qui identifie l’importance des facteurs de protection et des compétences, et l’approche basée sur les forces est en partie l’application pratique de cette théorie, bien que la pratique basée sur les forces englobe également d’autres théories et des idées plus larges telles que (l’autonomisation, la guérison et le bien-être). Source. Maton, Dodgen (2004). Source. Australian Institute of Family Studies (2012).

La résilience est un processus permanent de connexion, de lien avec les gens, avec les intérêts et finalement avec la vie elle-même. L’espoir des gens réside dans le fait de faire quelque chose pour modifier ces liens, voir que les personnes qui commencent dans un mauvais environnement peuvent développer un sentiment de puissance. La recherche sur la résilience en pratique montre au domaine que le plan directeur pour construire ce sentiment d’appartenance et de lieu dans le cosmos réside dans les relations, et met le domaine au défi de construire cette connectivité, ce sentiment d’appartenance, en transformant nos familles, écoles et communautés et nos sociétés pour qu’elles deviennent des foyers psychologiques dans lesquels les gens peuvent trouver des relations solidaires et respectueuses et des opportunités de participation significative. Pour créer ces lieux et être ce quelqu’un participant activement à la résilience, il faut avant tout soutenir la propre résilience. L’apprentissage là est considérée comme un processus de modélisation, qu’il s’agit d’un défi majeur pour les éducateurs et les acteurs dans la société qui n’accorde pas assez une priorité élevée aux jeunes ni à la satisfaction des besoins humains fondamentaux de la population.

la pratique sur la résilience fournit un mandat pour le changement social pour créer ces relations et opportunités dans tous les systèmes humains tout au long de la vie, changer le statu quo signifie changer les paradigmes, à la fois personnellement et professionnellement, du risque à la résilience, du contrôle à la participation, de la résolution de problèmes au développement positif, de l’ethnocentrisme au multiculturalisme, de la perception des jeunes comme des problèmes aux ressources, du renforcement des institutions au renforcement de la communauté, etc. Cependant, pour favoriser la résilience, il faut également travailler au niveau politique pour la justice éducative, sociale et économique. Cela signifie transformer non seulement nos familles, nos écoles et nos communautés, mais aussi créer une société fondée sur la satisfaction des besoins de ses citoyens, jeunes et vieux.

La promotion de la résilience, c’est-à-dire la promotion du développement humain, est un processus et non un programme. La résilience promet donc de déplacer les domaines de la prévention, de l’éducation et du développement des gens au-delà de leur concentration sur le programme et ce qu’ils font, pour mettre l’accent sur le processus et la façon dont ils font; aller au-delà de la fixation sur le contenu pour se concentrer sur le contexte.La promotion de la résilience opère à un niveau structurel, systémique et humain profond: au niveau des relations, des croyances et des opportunités de participation et de pouvoir qui font partie de chaque interaction, de chaque intervention, quel que soit l’objectif visé.

Les résultats des mécanismes du processus de la résilience se présente par (adversité, médiation, meilleurs résultats) comme illustrer dans la figure suivante.

La pratique de la résilience et le développement des compétences sociales

Des études empiriques internationales et interculturelles ont été réalisées sur la résilience montrent un développement de la durée de vie suivi des enfants nés dans des conditions à haut risque telles que des familles où les parents étaient malades mentaux, alcooliques, abusifs ou criminels, ou dans des communautés qui étaient misérables ou déchirés par la guerre. La conclusion de ces études à long terme est qu’au moins 50% et souvent plus près de 70% des jeunes qui grandissent dans ces conditions à haut risque ont développé des compétences sociales malgré une exposition à un stress sévère et ont surmonté les probabilités de mener une vie réussie. . Ces études ont identifié les caractéristiques de ces jeunes « résilients », et documenté les caractéristiques des environnements – des familles, des écoles et des communautés – qui ont facilité la manifestation de la résilience. Source. Bonnie Benard, M.S.W. (2020).

Les gens sont tous nés avec une résilience innée, avec la capacité de développer les traits communément trouvés chez les survivants résilients:

Compétence sociale (réactivité, flexibilité culturelle, empathie, bienveillance, capacités de communication et sens de l’humour);

Résolution de problèmes (planification, recherche d’aide, pensée critique et créative);

Autonomie (sentiment d’identité, auto-efficacité, conscience de soi, maîtrise des tâches et éloignement adaptatif des messages et conditions négatifs);

Un sens du but et de la croyance en un avenir radieux (direction des objectifs, aspirations éducatives, optimisme, foi et lien spirituel). Source. Bonnie. Benard (1991).

La résilience n’est pas un trait génétique que seuls quelques « super enfants » possèdent, C’est plutôt notre capacité innée à se redresser et à se transformer et changer. Source. Lifton. R. J. (1993).

Les bases des compétences pour la pratique de la résilience

La pratique et recherche sur la résilience fournit des bases de compétences et des modélisations offrant la promesse de transformer les interventions dans l’espace humain. Elles situent les risques du racisme, de la guerre et de la pauvreté et demande comment les gens se développent avec succès face à ces facteurs de stress. En plus, cela fournit une justification puissante pour déplacer la concentration étroite dans les sciences sociales et comportementales d’une concentration sur le risque, le déficit et la pathologie à un examen des forces que les individus, leurs familles, leurs écoles et leurs communautés ont mises à contribution pour promouvoir la guérison et santé.

L’examen de ces forces et la compétence que chacun a des points forts et la capacité de transformation donne aux domaines de la prévention, de l’éducation et du développement des gens non seulement un sens clair de l’orientation mais les oblige également à dépasser l’obsession de l’identification des risques, une pratique statistiquement plus faible qui a qualifié et stigmatisé de manière préjudiciable les jeunes, leurs familles et leurs communautés comme à risque et à haut risque, une pratique qui perpétue les stéréotypes et le discrimination. Le fait de savoir que tout le monde a une résilience innée fonde la pratique sur l’optimisme et la possibilité, éléments essentiels pour renforcer la motivation. Non seulement cela évite l’épuisement des praticiens travaillant avec des gens gravement en difficulté, mais cela fournit l’un des principaux facteurs de protection qui, une fois intériorisés par eux, les motivent et leur permettent de surmonter les risques et l’adversité.

La résilience focalise sur le développement humain

La résilience offre également des preuves solides pour placer le développement humain au centre de tout ce que les gens font. Werner et Smith (1992) ont indiqué que la résilience suggère que la nature a fourni de puissants mécanismes de protection pour le développement humain qui semblent transcender les frontières ethniques, sociales, géographiques et historiques. Source. Werner. E.; Smith. R. (1992).

Ces mécanismes s’adressent à l’humanité commune et partagée, répondent à tous besoins humains fondamentaux d’amour et de connexion; pour le respect, le défi et la structure; et pour une implication significative, l’appartenance, le pouvoir et, finalement, le sens.

Le développement de la résilience est le processus d’un développement humain sain, dynamique dans lequel la personnalité et les influences environnementales interagissent dans une relation transactionnelle réciproque.

La recherche sur la résilience valide les modèles théoriques et pratiques antérieurs du développement humain, centrés sur les différentes composantes du développement humain (psycho / social, moral, spirituel et cognitif) au cœur de chacune de ces approches se trouve une hypothèse de l’impératif biologique pour la croissance et le développement. Maston a déclaré: Lorsque l’adversité est soulagée et que les besoins humains fondamentaux sont rétablis, la résilience a une chance d’émerger ». Source. Maston. A. (1994).

L’implication majeure de la recherche sur la résilience pour la pratique est que si nous espérons créer des personnes socialement compétentes qui ont le sens de leur propre identité et de leur efficacité, qui sont capables de prendre des décisions, de se fixer des objectifs et de croire en leur avenir, alors atteindre leur les besoins de soins, de connectivité, de respect, de défi, de pouvoir et de sens doivent être au cœur de tout effort de prévention, d’éducation et de développement des jeunes. Source. Bonnie. Benard, M.S.W. (2020).

Pratiquer la résilience dès l’enfance

La résilience a fait l’objet de recherches approfondies, elle a également été utilisée de diverses manières pratiques. Il existe des livres populaires et des ressources pratiques pour les parents et les familles. L’utilité du concept de résilience peut être trouvée dans les nombreux programmes, guides et livres offrant aux professionnels des moyens de renforcer la résilience chez les enfants en se concentrant sur la réduction des facteurs de risque et l’amélioration des facteurs de protection.

Les programmes et services qui se concentrent sur la résilience dans la pratique relèvent probablement de l’un des trois types suivants:

Tableau 17. Montre les trois types du programmes et services concentrent sur la résilience dans la pratique

Type Description
1 Renforcement des capacités de résilience chez tous les enfants;
2 Renforcer la capacité de résilience des enfants vulnérables ou de ceux confrontés à l’adversité chronique;
3 Renforcement des capacités de résilience chez les enfants exposés à des événements traumatisants ponctuels.

Source. www.mindmatters. edu.au, adapté.

Les interventions au niveau des enfants sont de nature proactive et espèrent améliorer la capacité de tous les enfants à être résilients en cas d’adversité. Ces programmes ont tendance à fonctionner au niveau de l’école ou de la communauté au sens large. Le gouvernement Australien par le programme MindMatters (link is external) présente un exemple d’initiative nationale qui opère dans les écoles secondaires et vise à développer les compétences sociales et émotionnelles dont les jeunes ont besoin pour relever les défis de la vie. Source. .www. mindmatters.edu.au. Ce programme « La Resilience Donut (link is external), créé par Lyn Worsley » vise à fournir un processus permettant aux enseignants, aux élèves et aux parents de développer l’optimisme d’un enfant. Source.www.theresiliencedoughnut.com.au.

La résilience des enfants vulnérables confrontés à l’adversité chronique

De nombreux praticiens travailleront avec des enfants confrontés à une gamme de risques chroniques et graves. Certaines ressources ciblent ces enfants en particulier. Gilligan (2009) a montré comment les facteurs de protection clés impliqués dans la résilience peuvent être soutenus ou protégés dans la vie quotidienne des enfants pris en charge, adoptés ou dans le besoin, les relations bienveillantes et de bonne qualité avec des adultes clés sont l’un des facteurs les plus importants chez les enfants faisant preuve de résilience. Source. Robbie Gilligan (2009).Daniel et Wassell (2002) ont décrit: évaluer et promouvoir la résilience chez les enfants vulnérables fait partie d’une série de guides destinés à différents enfants d’âge. Il fournit un cadre d’évaluation et d’intervention pour renforcer les facteurs de protection basé sur six domaines:

Tableau 18. Montre les six domaines des facteurs de protection

Domaine
1 Base sûre,
2 Education,
3 Amitiés,
4 Talents et intérêts,
5 Valeurs positives,
6  Compétences sociales.

Source. Daniel and Wassell, (2002), adapté

Ces domaines sont considérés comme contribuant à trois éléments essentiels de la résilience:

  1. Une base sûre,
  2. Une bonne estime de soi,
  3. Un sentiment d’efficacité personnelle.

L’approche permet aux travailleurs sociaux de s’engager dans des pratiques positives qui peuvent construire un réseau de soutien autour de l’enfant. Source. Daniel; Wassell (2002).

Les auteurs (Linke et Radich (2010) proposent un autre guide pratique relie la résilience à l’appartenance, à l’être et au devenir – le cadre d’apprentissage de la petite enfance pour l’Australie. Ils proposent des moyens de développer des pratiques de résilience dans les structures d’accueil des enfants, afin d’aider les nourrissons et les enfants d’âge préscolaire à acquérir des compétences qui les aideront à faire face aux difficultés. Source. CPam Linke; Judy Radich (2010).

La résilience des enfants exposés à des événements traumatiques ponctuels

De nombreux enfants seront confrontés à un événement traumatisant majeur dans leur vie (une catastrophe naturelle, une guerre sanglante, la mort de leurs parents, déplacement et émigration, etc). McFarlane, 2005) suggère que la plupart des gens vivront ces événements sans conséquences négatives à long terme. Source. McFarlane, A. C. (2005).

Il peut y avoir environ 5 à 15% des personnes qui éprouvent des effets indésirables tels qu’une dépression chronique ou un trouble de stress post-traumatique (ESPT) après une perte ou une exposition à la violence ou à des événements mettant leur vie en danger. Source. Bonanno, G. A. (2004).

Les enfants et les jeunes peuvent être particulièrement vulnérables aux impacts des catastrophes ou à l’exposition aux traumatismes, surtout si les adultes importants de leur vie ont également été touchés. Ces enfants peuvent nécessiter une intervention individuelle pour se rétablir, mais la plupart des enfants devraient pouvoir continuer à vivre sans être affectés.

C’est dans les situations de catastrophe qu’il peut être plus utile de se concentrer sur la résilience communautaire que d’essayer d’intervenir auprès de chaque personne touchée par l’événement traumatisant.

La résilience chez les enfants dépend de la résilience entre les systèmes interconnectés (la famille, l’école, la communauté) et elle est dans des conditions telles que les catastrophes naturelles, des communautés entières risquent d’être touchées. Cela relie la résilience des enfants à la résilience de la communauté et de la famille, ce qui est particulièrement important en période de catastrophe majeure lorsque les systèmes peuvent s’effondrer à plusieurs niveaux et avoir des effets de grande portée à plusieurs niveaux. Source. Masten. A. S. & Obradovic, J. (2006).

La résilience est toujours un sujet utile pour les praticiens

La théorie de la résilience est toujours utilisée comme base des programmes théorique et pratique, et la recherche sur le sujet se poursuit.

Le concept va au-delà de la simple identification des facteurs de risque qui peuvent conduire à des résultats négatifs, pour inclure des facteurs de protection qui peuvent aider à atténuer certaines des influences négatives de l’adversité. Une prise de conscience des risques spécifiques et des facteurs de protection au travail dans la vie d’un enfant ou adulte permet aux praticiens de cibler leur pratique pour réduire les risques et renforcer les facteurs de protection pertinents afin d’offrir à l’enfant / adulte les meilleures chances de connaître des résultats positifs.

Les praticiens envisagent garantir une application efficace de la notion de résilience en la pratique, let cela nécessite une compréhension approfondie telle que:

La résilience implique des processus complexes de facteurs de risque et de protection interdépendants aux niveaux de l’enfant, de la famille et de la communauté;

La résilience n’est pas statique et peut fluctuer à différents âges et stades de développement de l’enfant;

Lors de l’utilisation du concept, les praticiens doivent être clairs sur la façon dont ils définissent le risque, les facteurs de protection et le fonctionnement adaptatif; et

La situation et les besoins individuels de chaque enfant/adulte, et la compréhension qu’aucun enfant/adulte n’est invulnérable, devraient être des considérations clés. Source. Vanderbilt-Adriance, E. & Shaw, D. S. (2008). Source. Mohan Cumar (2016).

Apprendre la résilience dans les stratégies en 8 Cs

Il existe de nombreuses stratégies d’apprendre la résilience. Une d’elle regroupe la façon d’apprendre la résilience en stratégies en 8 C. (CRésilience – 8) comme expliquer par la suite.

1- Connectivité

L’un des principaux attributs de la résilience est de rester connecté avec un réseau de soutien:(amis, famille et pairs). Les personnes résilientes recherchent des relations et acceptent l’aide et rendent ce soutien et essaient d’aider les autres en cas de besoin. L’appartenance à des groupes sociaux qui se soutiennent mutuellement contribue à renforcer la résilience.

2- Change acceptance/Acceptation du changement

Les individus résilients acceptent le changement. Ils considèrent le changement comme un chemin vers la croissance plutôt qu’un obstacle. Ils sont capables de voir des choses qui peuvent être modifiées tout en acceptant certaines choses qui ne peuvent pas être changées.

3- Compétences en communication

Les personnes résilientes développent leurs compétences en communication. Ils peuvent articuler (en interne et en externe) leurs défis et leurs stratégies d’adaptation. Ils peuvent communiquer leurs points de vue tout en écoutant activement les autres.

4- Curiosité

Les personnes résilientes restent curieuses. Ils entretiennent un sentiment d’émerveillement et de respect. Ils sont curieux de savoir ce qui s’est passé et ce qui va se passer. Ils sont curieux de savoir ce qu’ils ressentent et ce qu’ils peuvent ressentir. Ils sont réfléchis et conscients d’eux-mêmes et des autres pensées et émotions.

5- Contrôle et gestion des crises

La résilience vient d’un sentiment de contrôle. Les individus résilients dépassent le sentiment temporaire de perte de contrôle et prennent des mesures décisives. Les personnes résilientes maintiennent une vision à long terme. Ils considèrent la crise comme un jalon, une chance de s’améliorer, de changer de stratégie et de se regrouper. Ils dépassent la réponse émotionnelle initiale et réfléchissent au-delà des solutions.

6- Confiance

Le maintien d’une vision positive de soi contribue à renforcer la résilience. S’éloigner des émotions négatives et catastrophiques, nourrir une image de soi positive sont vraiment utiles en temps de crise.

7- Clarté de la mise au point

Les personnes résilientes font des objectifs de taille bouchée et restent concentrées sur leur réalisation. Ils divisent les probabilités en morceaux surmontables. Ils sont réalistes mais ambitieux. Ils se contentent de progresser progressivement vers leurs objectifs et recherchent des sentiments positifs à partir de petits succès.

8- Créativité

Apprendre une nouvelle compétence, l’expression artistique contribue à renforcer la résilience que ce soit la musique, la danse, la cuisine, la méditation ou l’art, les tâches créatives aident à renforcer la résilience. Source. Kumar. Mohan (2016).

La résilience de thérapie cognitivo-comportementale (TCC) basée sur les forces

Ce Modèle se réalise en quatre étapes, il dirige l’individu pour résoudre les problèmes existants en modifiant la pensée dysfonctionnelle ou inexacte. Ces quatre étapes sont basées sur les forces de (Padesky et Mooney) qui promeuvent l’idée qu’il n’y a pas de chemin unique pour accroître les qualités positives et la résilience Source. Padesky. Christaine .A; Mooney, Kathelin. A (2012)

Les thérapeutes travaillent avec les clients en utilisant un modèle pour identifier les forces et la résilience existantes dans les activités qu’ils aiment, puis déterminent comment les appliquer dans d’autres domaines de leur vie. Ce modèle est une approche positive et pragmatique permettant aux clients de construire un modèle de résilience basé sur les forces et les succès existants à mettre en œuvre dans les domaines où ils peuvent avoir des difficultés. Les étapes sont telles:

Étape 1 – Rechercher des forces

  • Demander à la personne de décrire quelque chose qu’elle aime et qu’elle exécute régulièrement (peut-être quotidiennement).
  • Une fois engagé et passionné, exploré les obstacles qu’ils surmontent.
  • Identifier une liste des forces qu’ils utilisent pour persister.

Étape 2 – Construire un modèle personnel de résilience (PMR)

  • En utilisant les forces identifiées, l’individu et le thérapeute construisent un modèle personnel de résilience.
  • Ils transforment ensuite des forces spécifiques en stratégies générales.

Étape 3 – Appliquer le PMR

  • Demander au client comment il pourrait utiliser son PMR dans d’autres domaines de sa vie.
  • Tenir compte des problèmes qu’ils rencontrent et scanner le PMR pour les points forts qui les aideront à persister.
  • La priorité reste de rester résiliente plutôt que de surmonter les difficultés.

Étape 4 – Pratiquer la résilience

  • Identifier les opportunités réelles d’appliquer le PMR du client.
  • Imaginer à quoi ressemblerait la résilience et comment elle se sentirait.

L’individu résilient comme le meilleur possible

L’individu résilient comme le meilleur possible est une intervention de psychologie positive qui demande de visualiser et d’enregistrer le meilleur possible dans le futur, après avoir réalisé décider de faire.
La constatation des avantages d’écrire sur le traumatisme, augmente l’humeur positive et le sentiment de bien-être comme monter dans les étapes suivantes:

Étape 1 – Décrire une situation difficile
• Décrire un futur défi personnel et ce qui rend cela difficile pour vous.

Étape 2 – Visualiser votre meilleur moi résilient possible
• Fermer les yeux et visualiser le rebond.
• voir surmonter chaque aspect du défi.
• Comment vous sentez-vous et comment vous sentez-vous?

Étape 3 – Décrire votre meilleure résilience possible
• Écrire et décrire cette version de vous-même.
• Qu’est-ce que ça fait d’être la meilleure version de toi?
• Comment vous comportiez-vous et à quoi pensiez-vous?

Étape 4 – Interviewer votre moi le plus résilient
• Que demanderiez-vous à cette personne?
• Que ressentiriez-vous de répondre?

Étape 5 – Réflexion
• Que pensez-vous maintenant du défi à venir?
• Qu’as-tu appris?
• Vous sentez-vous plus confiant en vos capacités ? Source. Sutton. Jeremy (2020).

Empêchement de la résilience

L’absence des (8C) ci-dessus peut indiquer une non-résilience.

Cependant, la négativité et la non-résilience peuvent provenir de nombreux attributs. Les trois traits clés qui entravent la résilience sont la manière dont nous expliquons l’échec/catastrophe comme expliquer dans ce tableau suivant:

Tableau 19. Montre les trois traits clés qui entravent la résilience

Traits clés entravant la résilience Description
1. Personnalisation: La non-résilience peut provenir d’une internalisation et d’une personnalisation négatives,
2. La permanence: Les personnes non résilientes développent leur échec comme un trait permanent,
3. Perversion: La non-résilience peut provenir de l’extrapolation de l’échec à tout / ou Toutes mes relations sont vouées à l’échec.

Source. Mohan Kumar (2016), adapté.

Les Compétences efficaces d’enseignement de la résilience

Ces compétences d’enseignement de la résilience se présentent par l’évaluation des hypothèses, La technique de contestation, La technique de dé-catastrophisassions comme le suivant:

L’évaluation des hypothèses:

  • Étape 1: Identifier la circonstance à l’origine
  • Étape 2: Considérer la relation entre l’incident et la pensée initiale
  • Étape 3: Considérer comment les émotions découlent des pensées
  • Étape 4: Examiner comment les comportements découlent des émotions
  • Étape 5: Tenir compte des capacités d’adaptation positives

La technique de contestation:

  • Étape 1: Identifier l’évaluation initiale
  • Étape 2: Les preuves utilisées dans l’évaluation
  • Étape 3: Erreurs dans le processus d’évaluation
  • Étape 4: Les processus de réflexion requis et la collecte de preuves raffinée
  • Étape 5: Comparaison des résultats potentiels

La technique de dé-catastrophisassions:

  • Étape 1: Identifier les étapes potentielles de la dégénérescence
  • Étape 2: prise en compte du pire des cas et de sa probabilité
  • Étape 3: considérer les meilleurs scénarios comme des possibilités
  • Étape 4: considérer le scénario de cas le plus probable comme une possibilité.

Aider et défier l’impuissance acquise

Les adultes et les enfants réagissent aux commentaires positifs et aux défis appropriés qui leur permettent d’élaborer des stratégies de résilience. Le renforcement de la résilience vient du fait de se concentrer clairement sur le renforcement des connaissances, des attitudes et des compétences. Un coach, un mentor, un parent ou un enseignant doit être attentif aux concepts de résilience et être capable de repérer l’absence de résilience afin d’offrir un soutien approprié. Le modèle (ABC-ED) de gestion du comportement permet de gérer les comportements négatifs de manière systématique. Ce modèle propose que pour chaque comportement il y ait des déclencheurs antécédents, le comportement réel lui-même et les conséquences qui en résultent. En explorant les déclencheurs antécédents de « l’impuissance » et en remettant en question les hypothèses de la personne, on contribuera à éradiquer le «fatalisme». Par le renforcement positif, ça également aide à développer de nouveaux comportements et à éradiquer les croyances irrationnelles sur l’échec récurrent.

La conséquence émotionnelle de l’échec conduit à perdre la confiance et à catastrophiser l’échec. Les personnes ne s’arrêtent pas pour réfléchir aux raisons de l’échec mais commencent à croire qu’ils échoueront à nouveau. Leurs croyances les empêchent de mieux se préparer pour la prochaine tentative, affectent toute réflexion significative et peuvent même renoncer à tenter comme le montre la figure suivante.

 

Le Renforcement de la résilience dans un contexte d’enseignement

Les enfants peuvent être beaucoup plus résilients que les adultes. Ils ont une confiance naturelle, de la créativité, de la curiosité et peuvent rebondir après une adversité extraordinaire. Même les aider à conserver certains éléments de l’enfant comme l’intrépidité et la confiance sera une excellente stratégie parentale.

Sagor a défini les sentiments qui aident les élèves à réaliser leur potentiel et à rester résilients en tant que (Compétence, appartenance, utilité, puissance et optimisme).

Un bon programme d’enseignement doit pouvoir leur fournir

Compétence, preuve claire de réussite scolaire,

Appartenance, leur montrer qu’ils sont valorisés dans leur communauté;

Utilité, renforcer le sentiment d’avoir apporté une réelle contribution à leurs groupes,

Puissance, faire en sorte qu’ils se sentent autonomes,

Optimisme, sentiments positifs sur leur propre succès et leur avenir.

Sagor décrit plusieurs interventions pédagogiques qui aideront à transmettre ces sentiments. Il est important de reconnaître d’abord l’absence de ces derniers pour cibler les interventions dans un contexte de groupe. Cela permet également d’adapter les activités à la personne à risque.

Leur donner le sentiment d’être autonomes en les aidant à définir leurs propres objectifs, à définir des stratégies d’apprentissage, à rechercher des ressources, à identifier les forces et les faiblesses grâce à une rétroaction objective aidera à renforcer la puissance. Source. Sagor.R. (1993).

Les stratégies d’enseignement aidant à renforcer la résilience

En utilisant ces stratégies, ci- dessous, dans l’enseignement quotidien, il sera facile à contribuer à renforcer la résilience. Plutôt que de qualifier les apprenants d ‘ « apprenants à problèmes» et de désespérer face à leur destin, il est nécessaire d’adopter une approche objective et systématique, pour etre en mesure de les aider davantage.

Il est également important d’être conscient des autres facteurs extérieurs (sociaux, psychologiques et physiques) qui peuvent entraver les progrès scolaires.

Tableau 20. Montre les Stratégies d’enseignement d’aide à renforcer la résilience

Stratégies d’enseignement Aide à renforcer
Clarté des objectifs Compétence
Renforcez les attentes Compétence
Évaluation précise Compétence
Formation basée sur le portfolio Compétence
Style de formation convivial Appartenance
Mentorat et soutien Appartenance
Tâches de groupe Utilité
Implication dans la conception de l’enseignement Utilité
Aider à fixer ses propres objectifs Puissance
Aider à développer des stratégies de formation Puissance

Source. Mohan Kumar (2016), Adapté.

Ce modèle basé sur l’éducation présente l‘aboutissement à la résilience

Penser à la résilience, la décomposer en (ma version de) morceaux de composants m’a beaucoup aidé à apprécier les traits de résilience que je peux avoir et que je pourrais devoir développer. Source. Kumar. Mohan (2016).

(9) façons d’améliorer votre résilience au travail

La résilience est la capacité d’une personne à répondre à la pression et aux exigences de la vie quotidienne. Les définitions de dictionnaire incluent des concepts tels que la souplesse, la souplesse, la durabilité, la force, la vitesse de récupération et la flottabilité. En bref, la résilience affecte notre capacité à « rebondir ».

La résilience au travail est désormais reconnue comme une caractéristique déterminante des employés qui gèrent bien le stress et les tensions du lieu de travail moderne.

Au travail, les personnes résilientes sont mieux à même de faire face aux demandes qui leur sont imposées, en particulier lorsque ces demandes peuvent les obliger à faire face à des priorités en constante évolution et à une lourde charge de travail.

Les personnes résilientes font plus de choses qui aident à maintenir cette réactivité, et il est relativement facile pour ceux d’entre nous qui se sentent moins résilients de développer des habitudes qui augmenteront notre capacité à performer sous pression, et peut-être plus important encore, à mieux vivre malgré les circonstances qui nous essaient à la limite.

Certaines personnes s’épanouissent face aux défis et à l’adversité au travail, tandis que d’autres paniquent et se replient sur elles-mêmes, ces mêmes personnes semblent aller de l’avant tandis que d’autres marchent sur l’eau ou se noient lentement dans les eaux turbulentes de la vie.

La plupart des gens pensent qu’une combinaison d’intelligence, de longues heures de travail et de nombreuses expériences permet aux gens de s’épanouir dans des environnements de travail potentiellement hostiles. En fait, ce sont ceux qui font preuve de résilience qui font le mieux face à des défis tels que les changements organisationnels constants et les bouleversements, les réductions de personnel imminentes, les échéances imminentes, les réunions controversées et la concurrence incessante des concurrents commerciaux.

La résilience n’est pas une caractéristique offerte à certains individus et pas à d’autres. La clé ici est que la résilience n’est pas une qualité passive, mais un processus actif. La façon dont nous abordons la vie et tout ce qu’elle peut nous apporter a un impact énorme sur notre expérience.

La bonne nouvelle est que même si certaines personnes semblent nées avec plus de résilience que d’autres, celles dont la résilience est plus faible peuvent apprendre à renforcer leur capacité à faire face, à s’épanouir et à s’épanouir lorsque les choses se compliquent. Source. Centre pour la confiance et le bien-être (2006).

Ce sont les 9 façons de renforcer la résilience au travail:

  1. Chérissez le soutien social et l’interaction. De bonnes relations avec la famille, les amis et les autres sont essentielles. Être actif dans la communauté au sens large aide également.
  2. Traitez les problèmes comme un processus d’apprentissage. Développez l’habitude d’utiliser les défis comme des opportunités d’acquérir ou de maîtriser des compétences et de construire des réalisations.
  3. Évitez de créer un drame à partir d’une crise Le stress et le changement font partie de la vie. La façon dont nous interprétons et réagissons aux événements a un impact important sur le stress que nous les trouvons.
  4. Célébrez vos succès. Prenez le temps à la fin de chaque journée de revoir ce qui s’est bien passé et félicitez-vous. Cela entraîne l’esprit à rechercher le succès plutôt que de s’attarder sur la négativité et « l’échec ».
  5. Développer des objectifs de vie réalistes pour des conseils et un sens du but. Faites quelque chose chaque jour pour aller vers eux. Encore une fois, petit est beau; un petit pas au milieu du chaos d’une journée bien remplie vous aidera.
  6. Prenez des mesures positives. Faire quelque chose face à l’adversité apporte un sentiment de contrôle, même si cela ne supprime pas la difficulté.
  7. Ayez une vision positive de vous-même. Développer la confiance en votre capacité à résoudre les problèmes et faire confiance à votre instinct aide à renforcer la résilience.
  8. Gardez une perspective réaliste. Placer les événements difficiles ou douloureux dans le contexte plus large du développement personnel tout au long de la vie.
  9. Pratiquez l’optimisme. Rien n’est totalement bon ou mauvais. Si nous permettons à notre réflexion de dicter la façon dont nous voyons quelque chose, elle prendra le dessus. Faites-en sorte que votre pensée fonctionne à votre avantage, plutôt que de la laisser vous étouffer par le doute ou en ne voyant que le mauvais côté.

Ce ne sont pas les seuls moyens de renforcer la résilience au travail. La clé est d’identifier les moyens susceptibles de bien fonctionner pour vous dans le cadre de votre propre stratégie personnelle pour favoriser la résilience au travail.

Comment développer la résilience au travail

La capacité de bien faire face à la pression, à l’adversité et à l’incertitude repose sur le développement de comportements, de pensées et d’actions. N’importe qui peut apprendre ces habitudes et créer des stratégies pour aider à accroître la résilience et la résistance.

Les experts en résilience disent que les gens sont aidés par un modèle particulier d’attitudes et de compétences qui les aide à survivre et à s’épanouir sous le stress.

«En termes simples, ces attitudes sont l’engagement, le contrôle et le défi. Au fur et à mesure que les temps deviennent difficiles, si vous maintenez ces attitudes, vous penserez qu’il est préférable de rester impliqué avec les gens et les événements autour de vous (engagement) plutôt que de vous retirer, de continuer à essayer d’influencer les résultats dans lesquels vous êtes impliqué. (Contrôler) plutôt que d’abandonner, et essayer de découvrir comment vous pouvez grandir à travers le stress (défi) plutôt que de déplorer votre destin. Source. Maddi.S, Kkhosshaba.D (2005). Source. Barry Winbolt (2019).

Joan E Haase (2004) Les théories axées sur des concepts de santé positifs tels que la résilience sont potentiellement d’excellents guides pour développer des interventions psychosociales efficaces, car les facteurs qui influencent la santé positive, tels que (l’espoir, l’adaptation positive et le soutien social perçu), peuvent être améliorés.

Le modèle de résilience des adolescents est l’un des premiers modèles théoriques à proposer une représentation complète et intégrative du processus et des résultats de la résilience et de la qualité de vie comme illustrer par la figure suivante.

 

ithenticate
google
creative commons
crossref
doi
Proud Pen is a premier online publisher of academic books. We strongly believe that knowledge makes the strongest difference when it is shared, discussed, challenged, and built upon. That’s why we publish all our books open access.

NEWSLETTER

Newsletters

  • This field is for validation purposes and should be left unchanged.

CONTACT

This Site Uses Cookies

We use cookies and similar technologies (“cookies”) to understand how you use our site and to improve your experience. This includes Personalisation; ad selection, delivery, reporting; measurement; content selection, delivery, reporting; and information storage and access. To accept or manage the use of cookies click here. You may read more about these methods
we use by clicking Read More.